Saint-Nicolas, protecteur de la Lorraine

Saint Nicolas est fêté le 6 décembre. Son histoire commence dans les années 300, à Myre en Turquie où il est nommé évêque. Ce fils d’une riche famille chrétienne mène une existence vouée à la défense des déshérités. On lui attribue de nombreux miracles dont la célèbre résurrection des enfants tués et salés par le boucher.

A sa mort, vers 335, l’évêque Nicolas est déjà célèbre dans le monde chrétien oriental. Son culte se répand rapidement en Grèce et en Russie. Il n’atteint Rome qu’au VIIe siècle, puis se diffuse dans le bassin rhénan. Sa vénération est déjà aux portes de la Lorraine lorsque sa dépouille est translatée (volée, diront certains) de Myre à Bari , à la fin du XIe siècle, à l’issue d’une véritable course de vitesse entre les marins de ce port du sud de l’Italie et ceux de Venise.

Quelques années plus tard, un chevalier lorrain, de retour des croisades, rapporte de Bari une phalange de la « dextre bénissante » du saint, qu’il dépose dans une chapelle de Port. La bourgade est en bordure de la Meurthe, à une quinzaine de kilomètres de Nancy. Le pèlerinage pour approcher la relique prend une telle ampleur qu’une église est dédiée au saint. Saint-Nicolas-de-Port se transforme en une opulente cité, sur la route des foires du Moyen Age.

La légende dorée de l’archevêque de Gênes, Jacques de Voragines, un ouvrage écrit vers 1260 et destiné aux prédicateurs, va populariser l’image de saint Nicolas comme protecteur des enfants.

Le 5 juillet 1477, au lendemain de sa victoire à Nancy contre Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, René II, duc de Lorraine, désigne Nicolas protecteur de la Lorraine. Il lui fait ériger une basilique et le culte de saint Nicolas perdure depuis sept siècles.

Depuis la chute du rideau de fer, le pèlerinage à St Nicolas a pris une dimension œcuménique, puisqu’on y voit tous les ans des orthodoxes russes, ukrainiens et même des chrétiens libanais.

Saint Nicolas est honoré à Bégard dans une chapelle privée située dans le quartier qui porte son nom.

D’après Le Pèlerin.

 

Les commentaires sont clos.