Un chantier international pour relooker la chapelle Saint-Hervé

Après avoir passé dix jours sur le site de Kermoroc’h pour la restauration du lavoir, les neuf jeunes bénévoles internationaux (Belgique, Roumanie, Bulgarie, Turquie, Croatie, Maroc, Géorgie, Écosse et France), sous la responsabilité d’Études et chantiers, ont mis à jour une partie les pierres des murs intérieurs de la chapelle Saint-Hervé, au sommet du Ménez Bré. C’est à la force du poignet qu’ils ont décapé la moitié de la chapelle. La partie restante sera mise à jour par les Amis du patrimoine.

Objectif : faire un rejointement des murs à la chaux. Par ailleurs, les Amis du patrimoine ont l’intention de mettre à jour la charpente de la chapelle, en enlevant tout le lambris. Histoire, là aussi, de mettre en valeur de cette charpente. Ces travaux se font avec l’accord de Louis Pacault, architecte du patrimoine.

Le bénévolat au coeur des travaux

Mercredi, un pot de l’amitié a réuni les étudiants, les représentants de la municipalité, des Amis du patrimoine et d’Études et chantier de Bretagne. Avant de partir, lundi, les jeunes, qui ont découvert la cote de Granit rose, le Mont Saint-Michel et nos fêtes traditionnelles, ont l’intention de se mettre à la boule bretonne. Pour mémoire, ces jeunes gens financent à hauteur de 135 € leur séjour pour frais de repas, et payent leur billet d’avion ou de train pour venir en France… C’est dans ce type de démarche que « le terme de bénévole prend tout son sens ».

En contrepartie, c’est un séjour de travail mais aussi un séjour linguistique. En cas de difficulté, la langue de communication était l’anglais. Lors des trois semaines, le séjour a été humainement très riche.

Un chantier international pour relooker la chapelle Saint-Hervé

Cet article a été publié dans le Ouest-France du 19 Décembre 2013.

Les commentaires sont clos.